S.A.P.E. book

cover SAPE.jpg
cover SAPE.jpg

S.A.P.E. book

39.00

Auteur : Mediavilla, Héctor

Avec une préface de Alain Mabanckou.

   168 pages - Relié sans jaquette

   Accompagné d'un "Cahier de Voyage" inséré dans un étui contrecollé sur    la dernière de couverture.

   Textes en français, anglais et espagnol.

   Editions Intervalles, 2013

   Publié avec la participation de Picturetank et Masasam.

 

   ISBN : 978-2916355726

 

Présentation de l'éditeur :

"La S.A.P.E, ou Société des Ambianceurs et Personnes Elégantes, est un phénomène vestimentaire et culturel s’inspirant du dandysme, apparu au Congo à l’époque de sa colonisation par les Français.

Les Sapeurs congolais entretiennent aujourd’hui ce mythe de la sophistication parisienne en se parant de leurs plus beaux atours et en défilant élégamment vêtus dans les rues de Brazzaville. Respectés par leur communauté, ils se regroupent autour de goûts et de valeurs communes, travaillant à améliorer leur style, leur gestuelle, dans le but d’atteindre originalité et distinction. Ce faisant, ils poursuivent un grand rêve  : voyager à Paris et revenir à Brazzaville en tant qu’ambassadeurs de l’élégance. La Sape questionne les modes de réappropriation de la culture dominante et la complexité des identités post-coloniales. Brillantine contre morosité, les Sapeurs proposent un modèle d’émancipation fantaisiste pour masquer les réalités parfois difficiles de la migration.

Véritable logos post-moderne, la Sape symbolise le parcours de ces dandys modernes, pour qui l’apparence au quotidien est un enjeu qui dépasse largement la frivolité  : celui qui en impose par son style est, in fine, seul maître de lui-même."

Très beau portrait de cette société, qui nous emporte avec élégance dans un univers à la fois joyeux et sérieux !

 

S.A.P.E. a remporté le Grand Prix du Livre de Mode 2014

 

La S.A.P.E, ou Société des Ambianceurs et Personnes Elégantes, est un phénomène vestimentaire et culturel s’inspirant du dandysme, apparu au Congo à l’époque de sa colonisation par les Français.

Les Sapeurs congolais entretiennent aujourd’hui ce mythe de la sophistication parisienne en se parant de leurs plus beaux atours et en défilant élégamment vêtus dans les rues de Brazzaville. Respectés par leur communauté, ils se regroupent autour de goûts et de valeurs communes, travaillant à améliorer leur style, leur gestuelle, dans le but d’atteindre originalité et distinction. Ce faisant, ils poursuivent un grand rêve  : voyager à Paris et revenir à Brazzaville en tant qu’ambassadeurs de l’élégance.

La Sape questionne les modes de réappropriation de la culture dominante et la complexité des identités post-coloniales. Brillantine contre morosité, les Sapeurs proposent un modèle d’émancipation fantaisiste pour masquer les réalités parfois difficiles de la migration.

Véritable logos post-moderne, la Sape symbolise le parcours de ces dandys modernes, pour qui l’apparence au quotidien est un enjeu qui dépasse largement la frivolité  : celui qui en impose par son style est, in fine, seul maître de lui-même.

 

Critiques

« Une monographie stylée. » Nicolas Michel, Jeune Afrique

« Le comble de l’élégance. » Le Journal de la Photographie

« Fuyant les clichés et l’exotisme facile, son regard porte sur l’ensemble des significations de ce mouvement (sociales, culturelles et même politiques), révélant entre autres la complexité des identités postcoloniales et une véritable tension dramatique. » Photo.fr

« C’est la mode dans ce qu’elle a d’essentiel : l’expression d’une réalité intérieure, un discours politique, une affirmation de l’individu dans la société. » Télérama.fr

« Héctor Mediavilla… s’attache à montrer les Sapeurs dans leur environnement, leur inventivité et la fantaisie de leurs tenues éclatantes, défi permanent aux esprits. » Brigitte Ollier, Libération

« Le photographe a suivi pendant 7 ans, dans le quartier de Bacongo et à Paris, ces élégants extravagants qui paradent dans les lieux publics. Et ce livre est un hommage à ce mouvement né dans les années 1920… qui, loin de ne regrouper que des dandys soucieux de s’exhiber, représente en Afrique un mode codifié d’expression politique et sociale. » Véronique Rossignol,Livres Hebdo

« Un phénomène culturel stupéfiant. » Pierre Haski, Rue89

« Plus qu’une affaire de mode, la Sape est une religion dont le photographe Héctor Mediavilla a saisi la grandeur et la folie dans une superbe monographie. » Marguerite Baux, Grazia

« Le photographe Héctor Mediavilla nous livre un ouvrage remarquable sur l’univers de ces hommes (…) Loin des clichés exotiques présents dans certains reportages pour émission télévisée à sensation, Héctor Mediavilla plonge le spectateur de ses photos dans le quotidien de ces dandys et sur les multiples significations, sociales, politiques et culturelles, que porte ce mouvement. »Easyvoyage.com

« L’ouvrage est imprimé sur un beau papier mat et un cahier de voyage indépendant est glissé dans la 3e de couverture. Une réussite ! » Réponses Photo

« Une immersion sensible, parfois intime, qui nous donne les clefs de cet univers. » Frédérique Briard,Marianne

« Un ébouriffant chassé-croisé ! » Magazine Books

« Le photographe espagnol Héctor Mediavilla a dressé les portraits de ces coquets. À savourer dans un très joli livre. » Caroline Stevan, Le Temps

Add to Cart

S.A.P.E.

Héctor Mediavilla

Préface : Alain Mabanckou

     

S.A.P.E. a remporté le Grand Prix du Livre de Mode 2014

 

La S.A.P.E, ou Société des Ambianceurs et Personnes Elégantes, est un phénomène vestimentaire et culturel s’inspirant du dandysme, apparu au Congo à l’époque de sa colonisation par les Français.

Les Sapeurs congolais entretiennent aujourd’hui ce mythe de la sophistication parisienne en se parant de leurs plus beaux atours et en défilant élégamment vêtus dans les rues de Brazzaville. Respectés par leur communauté, ils se regroupent autour de goûts et de valeurs communes, travaillant à améliorer leur style, leur gestuelle, dans le but d’atteindre originalité et distinction. Ce faisant, ils poursuivent un grand rêve  : voyager à Paris et revenir à Brazzaville en tant qu’ambassadeurs de l’élégance.

La Sape questionne les modes de réappropriation de la culture dominante et la complexité des identités post-coloniales. Brillantine contre morosité, les Sapeurs proposent un modèle d’émancipation fantaisiste pour masquer les réalités parfois difficiles de la migration.

Véritable logos post-moderne, la Sape symbolise le parcours de ces dandys modernes, pour qui l’apparence au quotidien est un enjeu qui dépasse largement la frivolité  : celui qui en impose par son style est, in fine, seul maître de lui-même.

 

Critiques

« Une monographie stylée. » Nicolas Michel, Jeune Afrique

« Le comble de l’élégance. » Le Journal de la Photographie

« Fuyant les clichés et l’exotisme facile, son regard porte sur l’ensemble des significations de ce mouvement (sociales, culturelles et même politiques), révélant entre autres la complexité des identités postcoloniales et une véritable tension dramatique. » Photo.fr

« C’est la mode dans ce qu’elle a d’essentiel : l’expression d’une réalité intérieure, un discours politique, une affirmation de l’individu dans la société. » Télérama.fr

« Héctor Mediavilla… s’attache à montrer les Sapeurs dans leur environnement, leur inventivité et la fantaisie de leurs tenues éclatantes, défi permanent aux esprits. » Brigitte Ollier, Libération

« Le photographe a suivi pendant 7 ans, dans le quartier de Bacongo et à Paris, ces élégants extravagants qui paradent dans les lieux publics. Et ce livre est un hommage à ce mouvement né dans les années 1920… qui, loin de ne regrouper que des dandys soucieux de s’exhiber, représente en Afrique un mode codifié d’expression politique et sociale. » Véronique Rossignol,Livres Hebdo

« Un phénomène culturel stupéfiant. » Pierre Haski, Rue89

« Plus qu’une affaire de mode, la Sape est une religion dont le photographe Héctor Mediavilla a saisi la grandeur et la folie dans une superbe monographie. » Marguerite Baux, Grazia

« Le photographe Héctor Mediavilla nous livre un ouvrage remarquable sur l’univers de ces hommes (…) Loin des clichés exotiques présents dans certains reportages pour émission télévisée à sensation, Héctor Mediavilla plonge le spectateur de ses photos dans le quotidien de ces dandys et sur les multiples significations, sociales, politiques et culturelles, que porte ce mouvement. »Easyvoyage.com

« L’ouvrage est imprimé sur un beau papier mat et un cahier de voyage indépendant est glissé dans la 3e de couverture. Une réussite ! » Réponses Photo

« Une immersion sensible, parfois intime, qui nous donne les clefs de cet univers. » Frédérique Briard,Marianne

« Un ébouriffant chassé-croisé ! » Magazine Books

« Le photographe espagnol Héctor Mediavilla a dressé les portraits de ces coquets. À savourer dans un très joli livre. » Caroline Stevan, Le Temps